ASSOCIATION

Comité
Président
Alexandre Jaquinet
Docteur en médecine
FMH chirurgie maxillo-faciale
Consultant en chirurgie plastique
et reconstructive HUG
Secrétaire
Dominique Rast
Directeur général Orif
Trésorier
Eric Voruz
Ex syndic de Morges

Membres
Renaud Villé, EVAM
Responsable du foyer MNA
Lausanne Chablais
Philippe Martinet
Membre de la direction suisse de ProCert
& responsable d’audits
Président 2012-2013 du Grand Conseil vaudois
Marie-Claude Hofner
Médecin agréée CHUV,
unité de médecine des violences
Christophe Blanchet
Doyen des classes d’accueil au niveau lausannois
Jean-François Ramelet
Pasteur responsable de l’esprit sainf à Lausanne
Jean-Patrice Hofner
Avocat et notaire honoraire
Florence Grivel
Historienne de l’art, auteure, curatrice d’expositions
et journaliste culturelle à la RTS

Sonia Zoran
Journaliste, presse et radio
Interventions dans des projets littéraires
ou audiovisuels
Pierre Veya
Journaliste, ancien rédacteur en chef de l’Agefi,
le Temps, (initiateur de la collection d’art le Temps)
Membre du conseil de fondation du Fifel
(Festival du film international sur l’énergie)
Membre du prix Durabilis (unil-Epfl)
Actuellement rédacteur en chef adjoint
du Matin Dimanche, en charge de l’économie
François Lehrian
Enseignant
Hélène Demont
Responsable communication
Mobimo Suisse Romande

La situation des jeunes migrants isolés de leur famille interpelle les valeurs fondatrices de notre société, valeurs encadrées notamment par divers traités et conventions internationales ratifiées par la Suisse. En effet ces jeunes mineurs ou très jeunes adultes se trouvent le plus souvent dans des situations de grande vulnérabilité, confrontés
à des difficultés de toutes sortes et à des problèmes d’intégration majeurs.

Le passage de « Mineur non accompagné » (MNA) à jeune majeur est un moment particulièrement délicat. Le jeune doit poursuivre sa formation, trouver un logement et un travail, s’intégrer en Suisse, se débrouiller pour assumer l’ensemble des tâches de la vie courante et les démarches administratives, poursuivre la construction de sa vie de manière autonome. Il est donc nécessaire de développer des solutions originales et adaptées à cette transition, afin de veiller à la protection de ces jeunes et de permettre leur développement, dans le respect des règles et des valeurs propres à notre communauté.

Le projet NELA propose des activités permanentes de soutien aux jeunes migrantsL’atelier, consacré au travail artistique et collectif, encadré et soutenu par différents acteurs et professionnels du monde de la culture, leur permet de reprendre des forces, de se poser le temps de leur formation, d y prendre pied et de s’y construire en vue d’une insertiondurable dans notre société.

Objectifs
Cette structure a comme but d’accueillir des mineurs
non accompagnés (MNA) filles et garçons et/ou de
jeunes adultes migrants avec les objectifs suivants :

1. Offrir un accompagnement personnalisé à des jeunes
durant la phase de transition « MNA-jeunes majeurs » :

Evaluation des ressources et des freins en vue
de l’élaboration d’un projet de vie, de formation et
d’intégration professionnelles qui fasse sens pour eux
et tienne compte des ressources et des possibilités.

Suivi attentif en partenariat avec les différents
services et professionnels : services sociaux, écoles
et lieux de formation, médecins, tuteurs, orientation
professionnelle, etc.

Développement de compétences personnelles
et interpersonnelles par le travail en groupe.

Appropriation des codes et valeurs de notre société.
Reprise de confiance en soi et en ses potentialités
par le biais d’activités pluridisciplinaires en atelier
(gravure, sculpture, couture, dessin, sérigraphie).

Identification et prévention d’éventuelles difficultés et
selon les besoins orientation vers les services adéquats.

2. Assurer un accompagnement socioprofessionnel
personnalisé :

Elaboration d’un projet professionnel.

Soutien et suivi individuel quotidien.

Recherche, organisation et suivi de stages en entreprises,
de formation, de préapprentissage.

Appui lors des prises de rdv et présence lors
des premiers contacts, entretiens pour des stages,
des emplois ou des apprentissages.

Recherche de parrainages pour chacun des résidents
par des mentors bénévoles pouvant les guider, les aider
et les encadrer dans leur cheminement professionnel
et d’intégration.

Présence lors d’éventuelles réunions de parents.
Renforcement des acquis scolaires de manière ciblée.

Aide à la gestion de la vie quotidienne (budget,
assurances, médecin, alimentation).

Activités sociales et culturelles.

Sensibilisation aux codes et manières de vivre,
décryptage de l’information, de la presse, d’internet
et de l’utilisation des réseaux sociaux
Ces objectifs doivent permettre à terme au jeune d’adhé –
rer aux exigences professionnelles et de formation (régularité,
respect des consignes, sens des responsabilités,
constance dans l’effort, persévérance etc.) par un soutien
bienveillant et exigeant, susceptible de renforcer sa motivation
et son engagement dans le projet. L’encadrement
et l’appui d’artistes et de professionnels du monde des
médias permettront que le travail des jeunes et les progrès
accomplis soient valorisés lors de vernissages et par une
belle visibilité médiatique. Ceci contribuera au renforcement
de l’estime de soi et de la confiance dans l’avenir.

Moyens
Le projet s’ancre dans un lieu de vie, de socialisation et
de travail collectif en atelier. Les activités en atelier
L’engagement de différents mentors ou parrains dans
le projet, permet d’assurer l’encadrement des activités
en atelier: Réalisation, participation et collaboration à divers
projets artistiques. Montage d’expositions en musées et galeries.
Travail en équipe. Rencontres avec divers corps de métier.
Lieu d’accueil informel pour que leurs amis puissent
se joindre de manière spontanée aux activités du
moment (développement du réseau primaire).
Participation à la construction de projets
socio-culturels. Mise en place d’expositions publiques.
Création et montage d’expositions artistiques et
d’événements commandés par des fondations publiques
ou privées à but idéal. Capacité d’accueil de l’atelier de 1 à 10 personnes
pour des stages de 20 jours, 5 à 15 pour les projets
socio-culturels. Conditions préalables
Un entretien afin de vérifier l’adéquation entre la
personne et le projet ainsi que ses notions de français.
Encadrement François Burland et divers intervenants,
cours d’appuis, workshop à l’atelier…
Responsable
François Burland

François Burland
Bibliographie
2015 Comète suprême, « La nativité selon Burland »
édition Art&fiction
2014 Atomik Magik Cirkus, Catalogue du prix FEMS
2013 Du pain pour les usines, édition Hélice Hélas
2011 Poya, édition Clandestin
2009 Space Cowboy, Collection Art&fiction, édition
Niggli
2003 Erika Billeter, Francois Burland au royaume du
mythe et de la Magie, Benteli Verlag
1995 Les baleines du Ténéré, édition Rivolta
Filmographie
2012 Atomik Submarine, film de Philippe Lespinasse
et Andres Alvarez 35’
2011 Les Poyas burlesques de François Burland, film
de Fabrice Ferrari et Philippe Lespinasse 35’
2011 Les 5 saisons de François Burland,
film de Philippe Lespinasse et André Alvarez 52’
Organisation du projet
Le comité de l’association lève les fonds et les gère.
Le responsable du projet participe aux réunions avec
voix consultative.
Il est responsable de la bonne réalisation des activités
soutenues par l’association.
Workshop intervenants
Céline Masson
– Formée aux arts visuels à l’École Cantonale des
Beaux arts de Sion
– Formation pédagogique de maîtres d’art visuels
et travaux manuels à la Haute École Pédagogique
de Lausanne
– CAS (certificate of advence studies) en médiation
(gestion de conflit) à la Haute École Pédagogique
de Lausanne
Sara Oswald
– Conservatoire de Lausanne, diplôme d’enseignement
– Postgrade en violoncelle baroque
– Prix Culturel Musique 2015 du Canton de Vaud
Sonia Zoran
– Sciences politiques à l’Université de Lausanne.
– Journaliste. Au Nouveau Quotidien et à la RTS.
Collaborations avec L’Hebdo, Le Matin dimanche,
L’Illustré.
– Prix Greenpeace au festival du film vert pour
« Le bonheur était dans le pré »
– Conduite du séminaire de journalisme de recherche
à l’Université de Fribourg.
– Prix Dumur en automne 2015 pour son travail
journalistique.

Statuts Association Nela pour une structure
d’accompagnement de jeunes migrants (MNA)

Dénomination – Neutralité – Durée
Article 1er
L’Association NELA (ci-après l’Association) pour une structure d’accompagnement et d’intégration de jeunes issu·e·s de la migration est une association privée régie par les présents statuts et par les dispositions des articles 60 et suivants du Code Civil Suisse, pour autant que les dispositions ci-après n’y dérogent pas.
L’Association est neutre sur le plan confessionnel et indépendante sur le plan politique.

Sa durée est indéterminée.

But
Article 2
L’Association a pour but d’aider à l’intégration des jeunes issu·e·s de la migration en Suisse et mineur·e·s non accompagné·e·s (MNA), quel que soit leur statut de séjour, pour leur bénéfice et celui de notre pays et pour les soutenir.

L’Association agit principalement par la médiation de projets artistiques (expositions, co-créations, événements…) et par la proposition de mesures d’encadrement et d’accompagnement psycho-socio-pédagogique (parrainage, suivi, coaching…).
Elle collabore avec les pouvoirs publics en agissant de manière subsidiaire et complémentaire, pour favoriser chez les bénéficiaires :
• Leur compréhension de la manière de vivre dans le pays hôte
• Leurs compétences langagières
• Leurs projet et intégration professionnels
• Leur vie quotidienne
• Leur développement personnel

Siège
Article 3
L’Association a son siège dans le canton de Vaud.

Organes
Article 4
Les organes de l’Association sont :
• l’Assemblée générale ;
• le Comité ;
• l’Organe de contrôle des comptes.

Ressources
Article 5
Les ressources de l’Association sont constituées en particulier des cotisations ordinaires et extraordinaires de ses membres, des dons ou legs, du produit des activités de l’Association et, le cas échéant, par des subventions des pouvoirs publics.

Ses engagements sont garantis par ses biens, à l’exclusion de toute responsabilité personnelle de ses membres.

L’exercice social commence le 1er janvier et se termine le 31 décembre de chaque année.

Membres
Article 6
Toute personne physique ou morale qui s’intéresse au but que poursuit l’Association peut en faire partie à titre de membre.

Article 7
L’Association est composée de :
• membres individuel·le·s ;
• membres famille ;
• membres personnes morales.

Article 8
La demande d’admission est formée soit par un courrier ou courrier électronique adressé au Comité ou par le versement d’une première cotisation.
Le Comité admet le·la nouveau·elle membre et en informe ce·tte dernier·ère et l’Assemblée générale.

Article 9
La qualité de membre se perd :
a) par la démission. Toute démission peut être envoyée par écrit au Comité.
Elle déploie ses effets à dater de la fin de l’année civile au cours de laquelle elle a reçue par le Comité ;
b) par l’exclusion sans indication de motifs ;
L’exclusion est de la compétence du Comité. Le·la membre exclu·e peut recourir contre cette décision devant l’Assemblée générale.
c) par le non-paiement répété des cotisations (deux exercices consécutifs) entraînant l’exclusion automatique du·de la membre. Les cotisations échues restent exigibles et dues ;
d) par le décès.
Dans tous les cas, la cotisation de l’année en cours et celles échues restent dues par le·la membre démissionnaire ou exclu·e.
Le·la membre démissionnaire ou exclu·e n’a aucun droit à l’avoir social.

Assemblée générale
Article 10
L’Assemblée générale est le pouvoir suprême de l’Association au sens des articles 64 et suivants du Code civil suisse. Elle comprend tous les membres de celle-ci.

Article 11
L’Assemblée générale délègue au Comité le pouvoir de représenter et de gérer l’association.
Les compétences de l’Assemblée générale sont les suivantes. Elle :
• approuve le procès-verbal de précédente assemblée générale ;
• adopte et modifie les statuts ;
• élit les membres du Comité et de l’Organe de contrôle des comptes ;
• détermine les orientations de travail et dirige l’activité de l’Association ;
• approuve les rapports, adopte les comptes et vote le budget ;
• donne décharge de leur mandat au Comité et à l’Organe de contrôle des comptes;
• fixe les cotisations annuelles ;
• statue sur recours d’un·e membre contre son exclusion ;
• prend position sur les autres projets portés à l’ordre du jour ;
• décide de la dissolution de l’association et de l’affectation de l’actif net.
L’Assemblée générale dispose, peut saisir ou être saisie de tout objet qu’elle n’a pas confié à un autre organe.

Article 12
Une fois par année au moins, l’Assemblée générale est convoquée par lettre personnelle ou par courrier électronique avec ordre du jour, adressés à chaque membre au plus tard 20 jours avant sa réunion.
Les propositions de modifications de statuts sont déposées 10 jours avant l’assemblée générale chez le·la président·e où elles peuvent être consultées.
Le·la Président·e peut, spontanément ou à la demande d’un·e membre, les envoyer en courrier électronique aux membres.

Article 13
L’Assemblée est présidée par le·la Président·e ou un·e autre membre du Comité.
Le·a Secrétaire de l’Association ou un·e autre membre du comité tient le procès-verbal de l’Assemblée ; il·elle le signe avec le·la Président·e.

Article 14
Les décisions de l’Assemblée générale se prennent à main levée ; à la demande de cinq membres présent·e·s au moins, elles peuvent avoir lieu au scrutin secret. Il n’y a pas de vote par procuration.
Les décisions de l’Assemblée générale sont prises à la majorité simple des membres présent·e·s. Le membre individuel, le membre « famille » et le membre « personne physique » disposent chacun d’une voix. En cas d’égalité des voix, celle du·de la Président·e est prépondérante.
Les décisions relatives à la modification des statuts ne peuvent être prises qu’à la majorité des 2/3 des membres présent·e·s.

Article 15
L’Assemblée générale ne statue que sur des objets portés à l’ordre du jour, à moins qu’elle n’en décide autrement pour autant que tous ses membres soient présent·e·s.

Article 16
Le Comité est tenu de porter à l’ordre du jour de l’Assemblée générale (ordinaire ou extraordinaire) toute proposition d’un·e membre reçue par le Président ou le secrétariat par écrit (courrier électronique ou courrier) au moins 10 jours à l’avance.

Comité
Article 17
Le Comité est composé au minimum de 5 membres. Le Comité constitue librement son bureau en désignant au moins un·e président·e, un·e secrétaire et un·e caissier·ère.
Les membres du Comité de l’association travaillent de manière bénévole sous réserve du remboursement de leurs frais effectifs.
Le Comité est nommé chaque année par l’assemblée générale. Les membres sortant·e·s sont rééligibles.

Article 18
Le Comité se constitue lui-même. Il se réunit autant de fois que les affaires de l’Association l’exigent.
Le Comité délibère valablement, quel que soit le nombre des membres présent·e·s et prend ses décisions à la majorité simple de ces dernier·ère·s. En cas d’égalité la voix du·de la Président·e, ou en son absence du·de la Vice-président·e est prépondérante.
Le Comité peut consulter les personnes engagées et les inviter à participer à ses réunions et à ses travaux. Les voix de ces dernières ne sont en ce cas que consultatives.

Article 19
En cas de vacance d’un·e ou de plusieur·e·s de ses membres en cours de mandat, le Comité peut se compléter par cooptation jusqu’à la prochaine assemblée générale.
Si la fonction de·de la Président·e devient vacante, le·la) vice-Président·e ou un·e autre membre du Comité lui succède jusqu’à la prochaine assemblée générale.

Article 20
L’Association est valablement engagée par la signature collective de deux membres du Comité, dont au moins le·la Président·e, le·la Vice-Président·e, le·la Secrétaire ou le·la Caissier·ère.

Article 21
Les attributions du Comité sont les suivantes :
1. il établit le budget annuel et le présente à l’Assemblée générale pour adoption ;
2. il est chargé de l’administration courante de l’association et de l’exécution des décisions de l’assemblée générale dans le cadre du budget adopté ;
3. Il veille à l’affectation des ressources exclusivement et de manière irrévocable à la poursuite des buts de l’Association :
4. il procède aux engagements de personnel et de dépenses dans la limite du budget fixé par l’assemblée générale.il fixe les compétences et les attributions de ses membres ;
5. il représente l’association à l’égard des tiers par la signature collective à deux de ses membres dont au moins celle du·de la président·e, du·de la vice-président·e, du·de la secrétaire ou du·de la caissier·ère.
Dans ce cadre, il assume notamment les missions suivantes :
1. La participation à la recherche de fonds
2. L’appui et la supervision du travail de ses mandataires
3. La contribution au rayonnement de l’association

Président·e & Vice Président·e
Article 22
Le·la Président·e organise les réunions du Comité. Il·elle veille au bon déroulement des activités de l’Association. Il·elle dirige en principe les AG et les réunions du Comité.
Le comité peut nommer un·e Vice-Président·e.

Secrétariat
Article 23
Le·la Secrétaire est principalement chargé·e de la rédaction des procès-verbaux, de la correspondance, de la convocation au comité et aux assemblées générales.

Caissier·ère
Article 24
Le·la Caissier·ère de l’association tient la comptabilité de celle-ci. Il·elle arrête les comptes à la fin de chaque exercice annuel et les présente à l’Assemblée générale.

Organe de contrôle des comptes
Article 25
L’Assemblée générale désigne deux vérificateur·trice·s composant l’organe de contrôle des comptes, pour une durée de deux ans, renouvelable sans limite.
L’Organe de contrôle des comptes vérifie la gestion financière de l’Association et présente un rapport à l’Assemblée générale.

Responsabilité
Article 26
Les membres ne répondent pas des dettes de l’association, qui en est seule responsable seule sur tous ses biens. Le principe de responsabilité personnelle d’un·e membre est exclu.

Clause de non-retour
Article 27
L’Association affecte de manière irrévocable ses fonds à la poursuite de ses buts, sans retour possible aux donateurs·trices ou membres.

 

Dissolution
Article 28
La dissolution de l’Association ne peut être prononcée que par une assemblée générale convoquée à cet effet. La décision de dissolution est prise à une majorité des deux tiers de tous les membres de l’Association.
Si cette assemblée ne réunit pas le quorum, une deuxième assemblée sera convoquée, laquelle ne pourra statuer sur la décision de dissolution que moyennant une majorité des deux tiers des membres présent·e·s.

Article 29
En cas de dissolution, l’actif net, après remboursement des dettes, sera exclusivement remis à une ou plusieurs associations ou fondations qui poursuivent, dans le canton de Vaud, un but d’aide aux demandeur·euse·s d’asile ou réfugié·e·s, plus particulièrement les mineur·e·s non accompagné·e·s et les jeunes migrant·e·s et d’autre part sont exonérées d’impôt à raison de leur but reconnu d’utilité publique ou de service public.

Article 30
Deux liquidateur·trice·s désigné·e·s par l’assemblée générale réaliseront les biens et les affecteront selon les dispositions qui précèdent.

La première fois que j’ai rencontré le nom de Burland, c’était dans une Poya qu’il avait signée « Burlandissimus rex ». Pas de doute, l’homme a le sens de l’autodérision. Il a aussi le sens de la générosité, de l’enthousiasme. Mais ce n’est pas ça que je retiens de lui. Ce qui me frappe c’est sa manière d’être. Qu’il découpe et colle des superhéros pour le carton d’une gravure ; qu’il construise des sous-marins atomiques, ou des fusées; qu’il accompagne des migrants, des jeunes mineurs non accompagnés, jamais Burland ne compose un rôle ; jamais il ne joue. Ni le rôle de l’artiste ni celui de l’assistant social ; mais il est « Burland », simplement François Burland, sans artifice, sans uniforme. François est un habitué des méharées et des déserts ; oserai-je dire aussi des « galères » qu’il n’évoque guère et qu’il ne revendique pas comme un trophée, ni n’en fait une ligne dans son « cévé ». C’est ce que j’aime chez lui. Jamais il ne compose et encore moins ne surjoue. Il est. Passage du poète. Le peintre est autodidacte, sans diplôme, ni bachelor, ni master. Je sais que ce manque a pu lui peser par le passé. Ce n’est pas simple d’être autodidacte dans un monde qui ne jure que par les formations, les cursus et les passerelles. Artistes vos papiers ! Avec les jeunes, c’est kif-kif ; Burland n’est ni assistant social, ni éducateur, ni enseignant. Il est sans papier, mais il « est » Burland, simplement Burland. Il est ce qu’il est : adulte avec les jeunes. A leur écoute. En dialogue. Il est là quand il faut être là. Il est absent quand il faut être absent. Le professionnel est celui qui endosse une fonction avec son cahier des charges, ses tâches et ses processus. Burland n’a que faire des étais que lui donnerait ce statut. « Il est » bien droit dans ses bottes et en étant simplement ce qu’il est, avec ses failles et ses forces ; ses manques et ses richesses, ses expériences et ses compétences, il permet aux autres qu’il rencontre, jeunes et moins jeunes, d’être eux aussi ce qu’ils sont ; simplement. C’est du vécu. Je le sens apaisé et confiant, il fait confiance et donne confiance. C’est beau de le voir avec ces jeunes. Comme eux, il est sans papier, avec la force que lui donne sa colonne vertébrale.

Va vers toi !

Jean-François Ramelet

Compagnon François Burland
Une visite au Mont- Pélerin dans l’atelier de François Burland, une rencontre avec Sengi, une jeune Tanzanienne de 15 ans arrivée en Suisse il y a 3 ans estampillée MNA (mineur non accompagné). Dans l’espace créatif exigu, une table sur laquelle une grande feuille de linoléum est en train d’être gravée par les deux. L’artiste d’un côté, la réfugiée de l’autre. C’est réducteur, mais c’est apparemment ça. Et pourtant, les deux sont au coeur d’une rencontre qui change leur vie et leur regard. Une gouge dans la main, chacun s’applique, chacun s’explique. Au cours de ce stage, comme il est présenté à l’EVAM, conseils, histoires de vie, aide, réseautage, échanges tissent la rencontre décisive, partie pour durer si possible jusqu’au moment où le jeune a trouvé une voie, se sente suffisamment solide et confiant pour prendre les rênes de son existence en Suisse dont il ne connaît que partiellement les codes, les méandres et autres spécialités administratives. On prend le temps de faire connaissance avec Sengi, on décide de la questionner sur ce qu’elle est en train de faire, on lui demande quelles sont les étapes qu’elle préfère de la gravure ; reporter l’image sur le linoléum, dessiner, graver, passer l’encre sur les sillons, imprimer ? La réponse est sans appel : « Ce que je préfère c’est François. » Qui sait si les disciples de Leonard de Vinci travaillant en atelier en auraient dit autant. La question n’est pas là, l’axe du travail mené ici par Burland n’engage ni la notion de maître, ni de disciple. L’artiste n’est pas là pour transmettre un savoirfaire artistique, au contraire, la production créative sert de prétexte pour ancrer le temps de ces jeunes dans un projet qui les mènera presque naturellement à eux, à leurs envies, leurs besoins grâce aux pistes proposées et activées par l’artiste. Un temps comme un espace où chacun respire, s’inspire. Cela fait bien des années que Burland oeuvre dans cette voie, comme une nécessité intérieure « à l’insu de son plein gré ». Depuis le temps, sa démarche fait florès, son implication et son travail auprès des MNA sont reconnus par les organisations qui lui adressent toujours davantage de jeunes en stage.  Il est grand temps qu’aujourd’hui ces compétences, ces savoir-faire, cet encadrement soient consolidés par une structure existante.
D’où la présentation de ce projet d’utilité publique.
Merci de l’accueil que vous lui ferez.
Florence Grivel